Mensonge n°1 : «Préparez votre retraite avec nos produits»

La problématique des retraites est devenu un enjeu majeur de notre société. Le système par répartition atteint ses limites, les français doivent se constituer leur propre retraite par capitalisation. Les banquiers ont sauté sur l’occasion afin de proposer des solutions d’investissement aux épargnants en pensant surtout à leurs actionnaires.

banquier féroce


Les 4 points
que l’on ne vous dit pas !

  • Le PERP a un avantage fiscal à l’entrée mais est refiscalisé au moment de la retraite
  • Les fonds euros permettent juste de conserver son capital
  • Le banquier n’analyse pas votre situation sur le long terme
  • Les fonds actions des réseaux bancaires font très souvent partis des plus mauvaises performances du marché
  • AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DU PERP :


    Certes les sommes investies dans le cadre d’un PERP permet de les déduire de son revenu fiscal et donc de profiter d’un avantage mais cela ne compense pas les 3 principales contraintes :
    1- les fonds sont bloqués jusqu’à la retraite donc indisponible en cas de coup dur ou pour saisir une belle opportunité
    2- les supports financiers contenus dans les contrats PERP sont très rarement de bonne qualité
    3- les rentes versées à la retraite sont ajoutées aux pensions et sont donc fiscalisées. N’est-il pas plus pertinent de payer ses impôts pendant sa période active plutôt qu’à la retraite?


  • BAISSE DU RENDEMENT DES FONDS EUROS :


    Depuis près de 15 ans, le rendement des fonds euros ne fait que baisser. Actuellement la principale cause de la baisse réside la mise en place de nouvelles réglementations, Solvency 2 et Bâle 3. En effet, ces normes impliquent qu’on ne peut plus qu’investir dans le cadre de ces fonds que sur des obligations d’états notées AAA donnant des rendements de 2%-2,25%. On en déduit donc des perspectives de rendement comprises entre 2 et 2,5% pour les années à venir. On aboutit donc à un rendement qui permet tout juste de compenser l’inflation donc les contrats d’assurance vie monétaire permettent seulement de maintenir son capital mais en aucun cas de préparer sa retraite.


  • ANALYSE SUR LE LONG TERME :


    Les méthodes commerciales des banques sont assez simples, à chaque saison, son produit. En janvier, il faut ouvrir des livrets A, en février des LDD, en juin des PERP, en septembre des FCPI… Or, dans un contexte où la préparation à la retraite est devenue incontournable, il est nécessaire d’analyser la situation sur le long terme. Pour se faire, il est préférable se faire aider par des gestionnaires de patrimoine comme la Famille des 8.


  • LES UNITÉS BANCAIRES :


    La dernière mauvaise idée du banquier est de faire investir leurs clients sur leur contrat d’assurance vie maison où on retrouve à l’intérieur uniquement des produits financiers maisons. Cela permet à la banque de se marger sur le contrat et les produits financiers. Or, sauf exception, les performances de ces fonds actions bancaires sont mauvaises voir médiocres.